24.4 C
New York
13 juin 2024
Société

Tchad : Un nouveau bilan officiel des manifestations du 20 octobre évoque 73 morts

Tchad : Un nouveau bilan officiel des manifestations du 20 octobre évoque 73 morts

Les manifestations du 20 octobre 2022 continuent de faire l’actualité au Tchad. Un nouveau bilan officiel a été donné au public, mardi 21 février 2023 par le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement lors de son passage sur la chaine française TV5Monde.

De la cinquantaine de morts évoquée par le gouvernement quelques heures seulement après les événements, on passe désormais 73 morts. Et « Ce n’est pas une question de surenchère », rectifie le ministre de la Communication. « Le 20 octobre, le Premier ministre, a fait un bilan d’une cinquantaine de décès. Quatre mois après, bien évidemment, ce chiffre a évolué. Le chiffre qui est donné, puisqu’il y a eu des enquêtes qui ont été faites, il y a eu des certificats de cause de mort, de genre de mort. Et là, le bilan est de 73 victimes », a-t-il expliqué.

Le chiffre revu à la hausse intègre, précise le ministre, les décès dans les rangs des forces de sécurité et autres responsables publics « Malheureusement, parmi ces victimes, il y a des forces de défense et de sécurité. On a carrément tous les dossiers de ces policiers, gendarmes, douaniers qui sont décédés et certains blessés », a-t-il déclaré.

Cliquez sur ce lien et intégrez notre groupe Télégram pour suivre l’actualité africaine

https://t.me/LACEMAC

Cliquez sur ce lien pour télécharger notre application pour Android

http://bit.ly/lacemac

Pour iOS

https://apps.apple.com/app/lacemac-infos/id1633092145

Points chauds

Toujours est-il que les chiffres que donne l’Exécutif restent très en dessous de ceux tenus par la société civile et précisément les organisateurs de la manifestation. A en croire ceux-ci, la répression de ce qui était présenté comme une protestation pacifique, a fait plus de 300 morts, souligne Tchadinfos.

Pour mémoire, le 20 octobre 2022, des centaines de populations étaient descendues dans les rues notamment de N’Djamena pour protester contre la prolongation de la Transition de deux ans à l’issue du « Dialogue national inclusif et souverain (Dnis). Dans les résolutions adoptées, la possibilité donnée au Général Mahamat Idriss Déby, fils du Feu Maréchal Idriss Déby Itno, fâche également. Elle va aussi contre la garantie donnée à l’Union Africaine.
Le procès de centaines de manifestants arrêtés a démarré.

Plus d'articles dans le flux

Centrafrique : un début de ramadan marqué par une volonté de réconciliation

LA RÉDACTION

Centrafrique : «Il y a une réduction du nombre de personnes en besoins humanitaires», selon un représentant de l’ONU

LA RÉDACTION

 Le Chercheur et Egyptologue Jean-Philippe Kalala Omotunde est passé de vie à trépas

LA RÉDACTION

Laisser un commentaire