13.2 C
New York
29 février 2024
Economie

CEMAC : la BEAC plaide en faveur d’obligations vertes pour stimuler le marché boursier

CEMAC : la BEAC plaide en faveur d’obligations vertes pour stimuler le marché boursier

Pour dynamiser la Bourse des valeurs mobilières d’Afrique centrale (Bvmac), la Banque centrale des Etats de l’Afrique centrale (Beac) entend promouvoir l’émission d’obligations vertes dans la zone financière de la Cemac. L’institution financière l’a fait savoir à l’occasion d’un forum international dédié au financement durable qui s’est récemment tenu à Douala au Cameroun.
« Les émissions des obligations vertes peuvent être explorées pour la dynamisation la Bourse des Valeurs Mobilières d’Afrique Centrale (Bvmac), qui malgré son potentiel indéniable, demeure peu attractive comparativement aux autres marchés financiers régionaux africains » a confié Abbas Mahamat Tolli le gouverneur de la banque centrale au média Le Nouveau Gabon.

Cliquez sur ce lien et intégrez notre groupe Télégram pour suivre l’actualité africaine

https://t.me/LACEMAC

Cliquez sur ce lien pour télécharger notre application pour Android

http://bit.ly/lacemac

Pour iOS

https://apps.apple.com/app/lacemac-infos/id1633092145

L’institution financière veut voir émerger ce type d’actifs financiers qui permettra de financer des projets de lutte contre le réchauffement climatique dont le continent subit les effets. Il s’agit entre autres de la déforestation, la sécheresse, la surexploitation et la variabilité hydro-climatologique. Toutes choses qui mettent en péril les écosystèmes forestiers et les moyens de subsistance des populations avoisinantes.

A titre illustratif, le Bassin du Congo aurait perdu environ 3,1 millions d’hectares de forêts au cours des cinq dernières années. En outre, la superficie du lac Tchad est passée de 25 000 km2 à 1500 km2 en l’espace de 50 ans, soit une réduction de près de 90 %.

Pour véritablement parvenir à l’émergence d’instruments et de produits financiers verts dans la Cemac, la Beac compte « privilégier une démarche progressive qui lui permettrait de capitaliser sur les expériences des pays bien avancés dans ce domaine ». Ainsi, l’institution aura une meilleure compréhension préalable des risques sous-jacents aux actifs verts.

Plus d'articles dans le flux

Cameroun : L’Etat dispose de plus de 3700 milliards FCFA pour financer des projets jusqu’en 2025

LA RÉDACTION

Emprunt obligataire : Le Gabon sollicite 150 milliards de FCFA

LA RÉDACTION

Zone CEMAC : 15 nouveaux projets prioritaires d’intégration en gestation

LA RÉDACTION

Laisser un commentaire