11.5 C
New York
20 avril 2024
Société

 Tchad : les syndicats reconduisent un mouvement de grève contre la hausse des prix du carburant

 Tchad : les syndicats reconduisent un mouvement de grève contre la hausse des prix du carburant

Au Tchad, les principales plates-formes syndicales veulent maintenir la pression sur les autorités suite à la hausse des prix du carburant, mi-février. Réunies à la bourse du travail de Ndjamena ce 26 février 2024, elles ont reconduit un mouvement de grève. « Le gouvernement nous a totalement ignorés », ont-elles déploré.

Au Tchad, les principales plates-formes syndicales ont décidé hier de reconduire la grève pour deux semaines, avec service minimum dans les hôpitaux. Depuis six jours déjà, les travailleurs du public sont appelés à cesser le travail pour protester contre la hausse brutale des prix du carburant. Mi-février, le prix du litre d’essence a augmenté de plus de 40 %, provoquant la colère de la population et une hausse des prix sur les marchés.

À l’approche du mois de ramadan, qui entraîne généralement un pic de consommation pour les ménages, la mesure ne passe pas. En guise de protestation, certains partis politiques et organisations de la société civile appelaient à une journée ville morte hier, un mot d’ordre peu suivi dans la capitale Ndjamena où RFI a assisté à l’Assemblée générale des grandes centrales syndicales du pays.

Il y a de l’argent dans ce pays, il y a de l’argent, nous le savons ! »
La Bourse du travail était ainsi bouillonnante, les slogans retentissant dans les haut-parleurs et la colère grondant dans l’assemblée surchauffée.

Depuis la hausse des prix du carburant, Daniel Yérima Djaoubé, enseignant, peine à joindre les deux bouts : « J’ai habitude de remplir mon réservoir, mais maintenant, je ne peux plus, explique-t-il. Pour déplacer nos enfants à l’école, en une semaine, on a dépensé plus de 20.000 francs CFA [environ 30 euros, Ndlr] rien que pour le déplacement. Donc, nous demandons au gouvernement : il n’a qu’à subventionner ce prix du carburant. Il y a de l’argent dans ce pays, il y a de l’argent, nous le savons ! »

D’un commun accord, la plate-forme prolonge de deux semaines la grève, quitte à durcir le mouvement plus tard, explique Michel Barka, président de l’Union des syndicats du Tchad : « Le gouvernement nous a totalement ignorés. Eh bien, il n’y a pas autre chose à faire que de continuer la grève et vous avez constaté la colère des travailleurs. Les travailleurs sont pour descendre tout de suite dans la rue, descendre pour marcher. Les travailleurs sont pour une grève sèche et illimitée. »

Plus d'articles dans le flux

 Les actions clés de Meta en 2022 en Afrique subsaharienne

LA RÉDACTION

RFI ET JEUNE AFRIQUE EN DIVAGATION EN AFRIQUE  : PIRE QUE DES MOUTONS SANS REPÈRES

LA RÉDACTION

Cameroun : la douane maintient l’interdiction d’importation du fer à béton

LA RÉDACTION

Laisser un commentaire