22.3 C
New York
23 mai 2024
Société

RDC : Plus d’une quarantaine de personnes tuées cette nuit dans une attaque ciblée contre un camp de déplacés

RDC : Plus d’une quarantaine de personnes tuées cette nuit dans une attaque ciblée contre un camp de déplacés

Dans la nuit de ce dimanche à ce lundi 12 juin, des hommes armés membres de la Codeco, une milice communautaire, ont attaqué le site de déplacés de Lala situé dans la province de l’Ituri, au Nord-Est de la République démocratique du Congo. Selon les autorités locales et la société civile, plus de 40 personnes ont été tuées.

Nuit sanglante pour les déplacés de Lala dans la province de l’Ituri au Nord-Est de la RDC. Au moins 40 personnes ont été tuées au cours d’une attaque des miliciens CODECO dans la nuit de dimanche à ce lundi 12 juin.

Aux environs de deux heures, des miliciens ont investi le site tirant des coups de feu. Pris de panique, des déplacés y compris des enfants ont ainsi été pris en étau. Certains ont été tués par balle ou à la machette. D’autres sont morts calcinés dans leurs habitations.

Cliquez sur ce lien et intégrez notre groupe Télégram pour suivre l’actualité africaine

https://t.me/LACEMAC

Cliquez sur ce lien pour télécharger notre application pour Android

http://bit.ly/lacemac

Pour iOS

https://apps.apple.com/app/lacemac-infos/id1633092145

« Le bilan de cette attaque de ces miliciens CODECO dans le site de Lala s’est alourdi et passe de 25 à 41 personnes tuées et 7 blessées dont des enfants sauvagement abattues et d’autres calcinés dans leurs abris », a indiqué Richard Dheda Kondo, chef de la chefferie de Bahema Badjere.

Sur des images authentifiées et reçues soit de la Croix-Rouge, soit de la société civile locale, on peut voir d’épaisses fumées s’échapper des cases réduites en cendres, des corps brûlés gisaient encore au sol, d’autres ont été mutilés.

Selon le récit des sources locales, l’opération s’est déroulée des heures durant sans intervention rapide des forces de l’ordre, ni des casques bleus.

Les assaillants ont quitté l’agglomération peu avant 6 heures. La société civile dit regretter l’inaction des forces de sécurité alors que dans un rayon de 5 kilomètres, se trouvent une base militaire et une autre des casques bleus de la Monusco.

Le chef de la chefferie de Bahema Badjere précise que plusieurs personnes sont portées disparues, les fouilles continuent. Ce qui laisse croire que le bilan pourrait s’alourdir.

Plus d'articles dans le flux

Gabon : des infrastructures à la gloire du couple Oligui Nguema

LA RÉDACTION

Compétitivité durable : le Gabon mieux classé que le Maroc !

LA RÉDACTION

Cpc-Tp Cemac : le Centrafricain Serge Ouarassio Monkomsse succède au Camerounais Samuel Tela

LA RÉDACTION

Laisser un commentaire