13.2 C
New York
29 février 2024
Politique

Élections en RDC : le rétropédalage de l’Union européenne

union européenne

Élections en RDC : le rétropédalage de l’Union européenne

union européenne

Après avoir annoncé qu’elle n’enverrait pas de mission d’observation électorale en RDC, l’Union européenne est en passe de revenir sur sa décision.

Initialement, l’Union européenne avait prévu d’envoyer en RDC une mission comptant quelque 80 observateurs. Finalement, ils ne seront que huit, tous basés à Kinshasa.

Huit c’est très peu pour un pays vaste comme la RDC, mais, cette présence est importante, selon le directeur exécutif de l’ONG « la Voix des sans voix », Rostin Manketa.

« Pour nous le souhait était que l’Union européenne déploie une mission ici en RDC parce que nous avons besoin d’une mission vraiment indépendante, un œil indépendant sur ces élections. Mieux vaut ces huit experts indépendants que zéro observateur indépendant », assure-t-il.

L’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ) a elle exprimé ses regrets quant à la réduction de la mission d’observation électorale de l’UE en RDC.

Une décision prise après quelques jours de flottement
« Tout est mis en œuvre pour avoir le scrutin le 20 décembre »

Le 29 novembre, l’Union européenne avait annoncé l’annulation de sa mission d’observation électorale dans le pays en raison du manque de garanties sur la sécurité de son équipe. Bruxelles avait notamment évoqué des « contraintes techniques » échappant à son contrôle.

En clair, la mission de l’UE n’avait pas reçu l’autorisation des autorités congolaises de déployer ses moyens de télécommunication, dont des téléphones satellitaires et des kits internet.

La nouvelle mission avec un effectif réduit devrait être composée d’un groupe de huit experts, dont un expert juridique, un expert politique, un expert en élections et un analyste des technologies électorales. Son rapport ne devrait pas être rendu public mais directemnt soumis à l’Union européenne.

La CENI attendue au tournant

Pour le président de l’Asadho, Jean Claude Katende, les huit experts européens pourraient s’appuyer sur des observateurs nationaux. Cependant, dit-il, il revient à la commission électorale de faire preuve de transparence.

« Nous pensons qu’il revient à la Céni d’organiser ces élections de manière transparente pour que toute personne qui voudrait se rendre compte de la manière dont ces élections se sont déroulées, puisse arriver à la conclusion que les règles élémentaires de transparence et de justice ont été respectées », affirme-t-il.

Plus d'articles dans le flux

Présidentielle 2023 au Gabon : « La date publiée par Jeune Afrique concerne Jeune Afrique », le ministre de l’Intérieur s’insurge contre le média de propagande et met en garde

LA RÉDACTION

Diplomatie : le torchon brûle entre le Gabon et l’Angola, Libreville rappelle son ambassadeur à Luanda

LA RÉDACTION

RDC : ouverture des dépôts de candidature à l’élection présidentielle prochaine dès ce 1er septembre

LA RÉDACTION

Laisser un commentaire