21.5 C
New York
13 juin 2024
PolitiqueSociété

Carnet Noir : Décès ce jour d’un grand Ministre au cameroun

Carnet Noir : Décès ce jour d’un grand Ministre au cameroun

 QUI ÉTAIT LE MINISTRE AMADOU ALI ?

Amadou Ali, né en 1943 à Kolofata, dans le nord du pays, est un homme politique camerounais, plusieurs fois ministre. Amadou Ali est diplômé de l’École nationale d’administration et de magistrature (ENAM) de Yaoundé. Il a également suivi un cycle international d’administration à l’Institut international d’administration publique de Paris.

Cliquez sur ce lien et intégrez notre groupe Télégram pour suivre l’actualité africaine

Cliquez ici: https://t.me/LACEMAC

Cliquez sur ce lien pour télécharger notre application pour Android

http://bit.ly/lacemac

Pour iOS:

https://apps.apple.com/app/lacemac-infos/id1633092145

Il deviendra Premier adjoint préfectoral de Ngaoundéré (1971-1972), directeur de l’Organisation du Territoire au ministère de l’Administration territoriale (1972-1974), secrétaire général du ministère de la Fonction publique (1974-1982), délégué général au Tourisme (1982-1983), délégué général à la Gendarmerie nationale (1983-1985), il est secrétaire d’État à la Défense chargé de la Gendarmerie nationale de 1985 à 1996.

En 1996, il est nommé secrétaire général de la présidence de la République avec rang et prérogatives de ministre, cumulativement avec ses fonctions de Secrétaire d’État à la Défense. Il est ministre d’État délégué à la présidence chargé de la Défense de 1997 à 2001 puis ministre d’État, chargé de la Justice, garde des Sceaux de 2001 à 2004. Dans l’affaire Atangana, il prescrit à Luc Loe (1937-2001) la poursuite des enquêtes préliminaires sur la gestion de COPISUPR par Michel Thierry Atangana. Au terme de ces enquêtes, le directeur de la Police judiciaire rend un rapport selon lequel aucune charge ne peut être retenue contre l’accusé. Le 8 décembre 2004, il est nommé Vice-Premier ministre, tout en restant ministre de la Justice, garde des Sceaux.Depuis 2011, il est ministre chargé des Relations avec les Assemblées[1] dans les gouvernements Yang II et III.

Le 27 juillet 2014, son épouse Agnès Ali est enlevée par la secte islamique Boko Haram dans la ville de Kolofata[2]. Celle-ci, ainsi que 26 autres otages, sont libérés le 11 octobre 2014.

Il fut élevé au rang de Grand Officier de l’ordre de la valeur et grand officier de la légion d’honneur française.

Il décède ce mardi 27 septembre de suite de maladie.

QUE L’ÂME DE CE GRAND HOMME POLITIQUE REPOSE EN PAIX.

Plus d'articles dans le flux

Union africaine : 24 ans après, l’urgence de renaître

LA RÉDACTION

Abus sexuels et proxénétisme : Le Cameroun secoué par un vaste scandale

LA RÉDACTION

Le Mali, le Niger le Burkina se retirent de la CEDEAO

L’équipe

Laisser un commentaire